Étiquette : Lucky Luke

En 1968, Lucky Luke quitte Spirou pour Pilote : après Red Ryder puis Jerry Spring, c’est aux côtés de Blueberry qu’il galopera désormais. À première vue, les points communs entre le cow-boy solitaire de Morris et le militaire indiscipliné de Charlier & Giraud sont moins évidents qu’avec le Cavalier Rouge d’Harman ou le caballero andante de […]

Lire la suite

S’il y a un cow-boy de papier dont les liens avec Lucky Luke sont évidents, c’est bien Jerry Spring. Les deux séries ont cohabité dans Spirou de 1954 à 1966, et les deux dessinateurs se connaissaient bien : Jijé avait été une espèce de tuteur professionnel pour Morris à l’époque de la « bande à quatre », […]

Lire la suite

En guise de conclusion de ce panorama, penchons-nous sur l’ultime publication de Morris, l’année suivant sa mort le 16 juillet 2001. Gangster academy Par pure coïncidence, La Légende de l’Ouest a un titre emphatique qui convient bien à un album posthume. Un titre que n’aimait d’ailleurs pas Vittorio Leonardo, qui avait proposé une quinzaine d’idées […]

Lire la suite

En 1997, O.K. Corral n’est certes pas un des meilleurs albums de Lucky Luke. Il est difficile de prétendre que Morris est encore dans ses grands jours lors de sa réalisation. Pourtant, dans ses jeux de miroirs, c’est une aventure atypique qui ne manque pas d’intérêt. Fréquence nostalgie C’est d’abord une tentative de retour aux […]

Lire la suite

Le Klondike, paru en 1996, est l’un des rares albums du Lucky Luke dernière période à sortir du lot : un thème original, un scénario avec un véritable enjeu narratif, et beaucoup de bonnes intentions, malheureusement en partie contrariées par le traitement graphique minimaliste et les remaniements effectués par Morris. Yann au scénario L’année précédente, c’est […]

Lire la suite

[dropcap]E[/dropcap]n 1991, Lucky Luke est partout. À la télé, pour une nouvelle série de dessins animés réalisée par le studio angoumoisin IDDH. Au cinéma, sous les traits de Terence Hill, dans un film live annoncé pour décembre. Et surtout, après 3 ans d’absence, en librairie : un nouvel album, tiré à plus d’un demi-million d’exemplaires, paraît […]

Lire la suite

Au milieu des années 80, la locomotive Lucky Luke roule à toute vapeur. Le dernier album paru, La fiancée de Lucky Luke, a très bien marché ; dans la foulée, son scénariste Guy Vidal prépare des histoires courtes pour la presse, en collaboration avec Claude Klotz et Jean-Louis Robert. Quant à Fauche & Léturgie, qui avaient […]

Lire la suite

Histoire originale que celle de la gestation de La Fiancée de Lucky Luke, un album à grand succès dont personne ne voulait assumer l’écriture. A la recherche de Sir Francis En 1980, Georges Dargaud voit les rangs s’éclaircir autour de lui : René Goscinny est mort en le vouant aux gémonies, et Albert Uderzo comme […]

Lire la suite
Le Daily Star

« Vraiment, sur Le Daily Star, on a eu un état de grâce. Je l’ai relu il y a quelques mois ; j’étais content en fermant l’album. Claude de Saint-Vincent, le patron de Dargaud, me disait qu’il était largement du niveau de Goscinny. » C’est Xavier Fauche qui prononce ces mots alors que nous buvons […]

Lire la suite

Dans une liste des Lucky Luke marquants de l’après-Goscinny, on ne peut pas faire l’impasse sur Fingers. Clope, pas clope En 1983, l’album marqua les esprits, d’abord parce qu’il s’accompagnait une forte rupture symbolique : Lucky Luke n’arborait plus son traditionnel mégot, mais un brin d’herbe ! En réalité, cela faisait des années que la […]

Lire la suite

Continuons notre panorama du meilleur Lucky Luke post-Goscinny. Après Le Magot des Dalton, nous en arrivons au Bandit manchot, premier scénario de Bob de Groot, paru dès 1981. Délaissé par les gardiens du temple, remémoré avec émotion par les grands enfants, l’épisode mérite d’être relu. Léonard au Far-West Bob de Groot : « Un jour mon […]

Lire la suite

On réduit trop souvent Lucky Luke à la période Morris-Goscinny, comme si la suite était négligeable. C’est une erreur : on trouve encore d’excellents titres après 1977, lorsque Vicq, Fauche et Léturgie ou Lo Hartog Van Banda se succèdent à l’écriture. S’il existe un âge d’or de la série, il faut sans doute l’arrêter à la fin […]

Lire la suite