Phantom-Lady et le lapin de Pâques

| L'âge d'or du comics US |

Aujourd’hui, de plus en plus de comics américains des années 30 et 40 tombent dans le domaine public. Peut-être que pour vous ça ne représente rien, mais pour tout amateur de BD qui a grandi avec le mythe de l’inaccessible « âge d’or du comics », c’est une révolution ! Comme ouvrir un coffre plein de vieux jouets dans un grenier ! Ou brusquement découvrir la copie cachée de la bibliothèque d’Alexandrie !

Ce corpus incroyable maintenant disponible est riche d’enseignements. Il donne déjà une vision plus juste d’une Histoire qui se cherche encore.

Mais la difficulté aujourd’hui n’est plus la rareté de ces fascicules colorés longtemps réservés aux seuls collectionneurs fortunés, mais leur profusion et leur distribution en base de données. Nous avons donc décidé de fouiller ces bases et d’en extraire de temps en temps des bandes qui nous parleront, d’une manière ou d’une autre, et parfois même de faire l’effort de les traduire pour les réveiller de leur long sommeil…

Juste une dernière chose : c’était l’âge d’or du comics, mais pas celui du scénario !

Elric • mars 2016

Et nous débutons par une publication « conjoncturelle » de Frank Borth d’avril 1943 :

Phantom-Lady et le lapin de Pâques

[ Original version in English. Vous pouvez télécharger la version originale de cette histoire
publiée dans le Police Comics #18 sur The digital comics museum ]

 

police-018-42

police-018-43 police-018-44 police-018-45 police-018-46 police-018-47
Traduction et adaptation graphique : Alain François

Frank Borth

Frank Borth, né le 1er avril 1918 (ce n’est pas une plaisanterie) et mort en 2009, est un auteur de l’âge d’or du comics américain. Relativement confidentiel, il a pourtant un trait solide et élégant et a travaillé dans les années 40 pour la maison « Quality Comics » (éditeur de Will Eisner), qui comme son nom l’indique, maintenait un certain niveau de qualité de ses productions. Selon les séries, Frank Borth sera dessinateur, scénariste ou encreur et parfois les trois (lorsqu’il signe ostensiblement en première page). c’est dans ces premières pages qu’on reconnaît d’ailleurs l’école Eisner (avec qui il partage les influences du mouvement Art déco)


Pour Quality Comics, il a travaillé principalement sur « Spider Widow » (inventée par George Brenner) et « Phantom-Lady », création du studio « Eisner & Iger » et l’une des premières super héroïnes de l’histoire du comics.


Laisser un commentaire