Le carnet d’Elric au Japon #1

| Le carnet d'Elric au Japon |

Aéroport d’Haneda.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Sur la route…

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Un immeuble, genre temple. Mais en fait un immeuble.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Trop facile de s’acheter un ticket !…

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

« Vous êtes ici »… Je veux bien le croire.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Fresque Astro Boy !

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Une rue…

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Faire tout ce chemin pour bouffer des churros, c’est un peu l’arnaque !

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Un restau où on commande sur tablette. Je ne me souviens plus du nom, j’ai suivi les autres.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Encore une rue…

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Un immeuble à l’éclairage blanc en bas et jaune en haut. (Je suis pas allé voir si c’était marron derrière)

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Shibuya. Je crois que c’est là qu’il y avait écrit « je suis Charlie ».

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

C’est impressionnant toutes ces lumières !

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Empilage.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Très grand code barre, au loin.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Esthétique du moche.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Le metro

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Le plus drôle au Japon, c’est de trouver des choses en français !

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Elric on BloggerElric on Tumblr
Elric
Elric Dufau est né en 1983, le jour du treizième anniversaire de la mort de Jimi Hendrix. Après des années d’études qui lui paraissent interminables, il décide de se consacrer à la seule chose qui lui plaise vraiment : la bande dessinée. Il s’inscrit aux Beaux-Arts, s’intéresse de près à l’art contemporain, s’amuse enfin et décroche un diplôme national d’arts plastiques (DNAP) suivi d’un diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP). Sa passion première reste cependant la bande dessinée: tout juste diplômé, il s’y plonge à plein temps en dessinant l’album Marche ou rêve pour les éditions Dargaud. Il collabore régulièrement aux projets collectifs de ses amis des éditions Onapratut et fait de la musique au sein du groupe Disorder. Il est résident à la Maison des auteurs entre 2011 et 2013 pour le projet Harpignies, qui voit un jeune dessinateur embarqué dans un trafic de faux tableaux.

Il est également enseignant au Centre d'enseignement spécialisé des arts narratifs, le Cesan.

Laisser un commentaire