Le carnet d’Elric au Japon #0

| Le carnet d'Elric au Japon |

Étape numéro 2 : récupération du blé local.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

– T’es allé où hier ? – Au cniéam de la Villette.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Lastman. Cinéma en plein air à La Villette. C’était pas du tout prévu. J’ai suivi Clément et Michaël.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Étape numéro 3 : le métro (Pour éviter le tour de France)

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Étape numéro 4 : le rer

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

C’est moche un rer.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Étape numéro 5 : l’enregistrement (Ce feuilleton est passionnant)

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Vers l’embarquement…

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

Dernière étape : monter dans l’avion.

Une publication partagée par Elric Dufau (@elricdufau) le

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Elric on BloggerElric on Tumblr
Elric

Elric Dufau est né en 1983, le jour du treizième anniversaire de la mort de Jimi Hendrix. Après des années d’études qui lui paraissent interminables, il décide de se consacrer à la seule chose qui lui plaise vraiment : la bande dessinée. Il s’inscrit aux Beaux-Arts, s’intéresse de près à l’art contemporain, s’amuse enfin et décroche un diplôme national d’arts plastiques (DNAP) suivi d’un diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP). Sa passion première reste cependant la bande dessinée: tout juste diplômé, il s’y plonge à plein temps en dessinant l’album Marche ou rêve pour les éditions Dargaud. Il collabore régulièrement aux projets collectifs de ses amis des éditions Onapratut et fait de la musique au sein du groupe Disorder. Il est résident à la Maison des auteurs entre 2011 et 2013 pour le projet Harpignies, qui voit un jeune dessinateur embarqué dans un trafic de faux tableaux.


Il est également enseignant au Centre d’enseignement spécialisé des arts narratifs, le Cesan.


Laisser un commentaire