Catégorie : Feuilleton

Déjà qu’un souvenir : Cette petite phrase d’une des dernières lettres codées de David me tournait dans la tête jusqu’à la nausée. « Crawler dans l’eau des cataclysmes » m’était revenu comme ça, comme un flash glacé, comme on ne sait jamais le pourquoi d’une réminiscence, tout surpris de sa pertinence, de la pertinence de notre saloperie d’inconscient. « Crawler […]

Lire la suite

Et donc, voilà c’était, c’est même bientôt la fin, le fin fond de la fin. J’aurai essayé . . . (Alain va prendre le relais, je suis sûr. heureusement.) (( Et je ne salue pas César !))   Moi feuilletoniste Kaputt,  combattant moriturus maccab pour bientôt, je sens qu’on n’est pas loin du final total, […]

Lire la suite

Je n’aurais pas l’occasion de m’appesantir sur l’élytre de Ténébrion Omophlus lepturoides ramené du cœur de la montagne. Un message codé sonne, me lave des mystères pariétaux, me balance dans le reste du monde qui existe encore. Chang veut me revoir. C’est un piège, j’en suis sûr, il veut m’éliminer, j’en suis sûr, aussi sûr […]

Lire la suite

Il était bien difficile de rester « objectif », ce n’est pas le mot, disons « lucide », face à une telle avalanche de sensations nouvelles et étrangement décapantes et déroutantes, vieillir de vingt ans  et gagner en perspicacité (?) ou en sénilité peut-être aussi bien, puis inopinément se sentir tout à coup de nouveau rajeuni mais . . […]

Lire la suite

C’était extrêmement simple. Il aurait suffi de scanner la montagne, ici, là, juste là, selon cet angle-là, pour découvrir un incroyable réseau de galeries souterraines partant du dos du monastère et s’enfonçant dans les profondeurs. Mais comment aurais-je pu deviner qu’une telle chose existait ? On ne trouve que ce qu’on cherche, et je n’avais aucune […]

Lire la suite

Mais j’ai commencé, allons-y donc. Vous avez de la chance. Enfin   . . . si on veut. Ça va être la surprise pour ceux qui croient qu’ici on trafique juste des scénars de jeux vidéos !  Reprenons : Les autres, projetés avec moi dans ce tube huilé qui nous ramenait à la surface, je ne […]

Lire la suite

. . . en . . . je ne sais pas trop, vers 2040 ou 50, peut-être. En tous cas bien plus tard qu’aujourd’hui. Bien sûr, ça va supposer de votre part un peu d’adaptation aux nouvelles époques que nous avons le privilège – triste privilège ? à vous d’en juger – d’avoir vécues, nous, […]

Lire la suite

Je ne parle ni de ce que fut dans le passé ce possible paradis fiscal tropical ni du bien rance et racorni racisme qui fut plus près de nous hyperactif, je parle d’ascension aquatique fulgurante. Au Panama on passait d’un océan à l’autre en s’élevant seulement de 26 mètres et depuis peu de 30, avec […]

Lire la suite

Et là nous allons devoir nous passer d’images. Enfin, je crois. A moins que. Maintenant le vent qui est une machine à soufflet de forge plutôt complexe, à coffre, à paliers successifs apoplectiques, à vitesses embrayées paroxystiques, parfois pourvues de phases de retournement et reprises poussives, souffle terriblement. Un vrai vent fou furieux du grand […]

Lire la suite

Au milieu d’un carrefour qui n’était matérialisé, en pleine plaine aquatique toute plate et sans bornes apparentes (quelle étendue d’eau était-ce là ? comment avaient-ils creusé ça, si grand, si large, sous la ville sans qu’elle s’effondre ? questions idiotes bien sûr, il fallait s’adapter un point c’est tout), que par cette double pancarte plantée […]

Lire la suite

Je sais seulement que je ne devrais pas. Ayant déjà tellement combattu. Ayant déjà eu toutes sortes d’ennuis quand je vivais clandestinement tranquille puis ensuite officiellement recherché, allongé sur mon lit de repos entouré de tablettes antiques ou pas, sous la Maison Carrée restaurée et blanchie, dans cette ville qui a pour emblème un croco […]

Lire la suite