Catégorie : Le fils de Dio

Bon, n’y allons pas trop vite et molo, c’est la rentrée et ceci n’est pas un article de Granma (official voice of the PCC) ni une pub pour le Lider Maximo, encore moins pour les foutus avatars du socialisme ou du collectivisme, moi qui suis un entrepreneur indépendant et un producteur informel hors circuits mais quand […]

Lire la suite

Quand ma mère est morte, ou un peu avant, elle me l’a légué, me disant : – Garde-le précieusement, on ne sait jamais, bien que sans doute, il se trouve déjà quelque part des gens qui ne seront pas d’accord avec ça et peut-être le pire est un parent à toi. Et ça restait tellement […]

Lire la suite

J’ai hésité longtemps. Si je reviens, ça va être comme une faible incongruité, au mieux, dans le fil de ce discours sans importance et sans poids, un semblant de fissure disposée dans le pli du récit en ornement schismatique, en blasphème mineur ou en simple hiatus dans le détail d’une intrigue éloignée de toute actualité […]

Lire la suite

Plonger c’est mon fort, j’ai même appris quand j’étais gosse en ouvrant les yeux sous l’eau à voir (vaguement, mais ça suffisait) les poissons ou les crabes sans porter de masque, au travers de courants boueux ou de  vagues violentes et ensablées sur des fonds troubles. Rien, pas même une trace comme celle d’une petite […]

Lire la suite

Ils sont tous absents. Seul face à l’écran du vieil ordi rasta et retapé de David – et du coup j’emprunte l’entrée sur Marsam, –  un peu remué par cette incursion quand même, le Fachinero  ((et . . . par surcroît j’emprunte, de fait, le copyright ddd / en / minuscule )) du coup je suis secoué […]

Lire la suite

Drôle d’affaire, je vous le fais pas dire. D’autant que les évangélistes ont coutume d’aller plutôt debout à parcourir les rues et à faire du porte à porte plutôt que d’aller s’asseoir au fond de l’eau en se disputant une unique chaise bleue ramenée de la Croisette pendant le Festival pour jouer un remake bizarre […]

Lire la suite

Elle avait retourné son grand corps blanc et c’est Juste après avoir montré un instant son beau dos, son dos viole de gambe en négatif, là-haut, dans le cercle blond doré du hublot, que signal trouant la nuit tropicale, le trou rond de la lumière s’éteignit. Je crois que c’est à ce moment-là ou plus exactement, […]

Lire la suite

. . . . s’étaient retrouvés cul par dessus tête, dans des aventures maintes fois évoquées mais toujours aussi invraisemblablement rocambolesques, Dio mon père et David son biographe officiel. (David dont j’apprends un peu tard, au moment où j’écris qu’il est rentré, ou en passe de rentrer, mais je ne sais toujours pas si c’est […]

Lire la suite

 . . . dans une activité fébrile et débridée dont je ne pourrai qu’à peine rendre compte, . . . tenu de dire pour l’instant le fondement économique du tour que cela prit tout à coup, . . . . . . l’hôtesse aimable et empathique qui m’avait apporté un tabouret dans la salle blanc […]

Lire la suite

Apparemment surtout deux dont une bonne et l’autre mauvaise, mais tout est relatif. Et aussi quelques autres dont je ne sais pas si elles étaient réellement bonnes ou mauvaises. Même aujourd’hui, je ne sais toujours pas. La bonne était, bien sûr, que David avait envoyé des nouvelles.  Enfin ! Ce n’était pas incroyable, c’était même […]

Lire la suite

Il fallait que j’aille à Barcelone pour mes subsides, sinon, on allait mourir de faim ici, on n’allait pas pouvoir vivre longtemps avec ce qui nous restait. Aucune conserve, David n’aimait pas faire provision de conserves. Aucun surgelé tout prêt, peut-être était-il contre le tout prêt. Juste de vieux artichauts desséchés, des tomates vertes et […]

Lire la suite