Auteur : Michaël Baril

Michaël Baril (ou Bareyt selon les jours) est né en 1981. Quand il était petit, il rêvait de devenir auteur de BD. Finalement il est devenu développeur web, mais il continue heureusement de faire des bulles dans les marges de ses pages HTML. En 2002, il rejoint l'association Onapratut en tant qu'obscur fanzineux, puis gravit les échelons un à un jusqu'à rejoindre le petit cercle de l'équipe éditoriale : consécration. Au fil des années, il est à l'occasion dessinateur (dans Psikopat), scénariste (dans les collectifs publiés chez Onapratut), traducteur (Sam & Max Police Freelance, toujours chez Onapratut) et critique (sur Parutions.com). Son grand œuvre en bande dessinée reste bien sûr Le visiteur d'Orion chez Danger Public, une fresque épique de 12 pages au format d'une demi-carte postale. Ces temps-ci, avec Clément Lemoine, il s'intéresse tout particulièrement aux détails de l'histoire de Lucky Luke du vivant de Morris.

En 1968, Lucky Luke quitte Spirou pour Pilote : après Red Ryder puis Jerry Spring, c’est aux côtés de Blueberry qu’il galopera désormais. À première vue, les points communs entre le cow-boy solitaire de Morris et le militaire indiscipliné de Charlier & Giraud sont moins évidents qu’avec le Cavalier Rouge d’Harman ou le caballero andante de […]

Lire la suite

Le Klondike, paru en 1996, est l’un des rares albums du Lucky Luke dernière période à sortir du lot : un thème original, un scénario avec un véritable enjeu narratif, et beaucoup de bonnes intentions, malheureusement en partie contrariées par le traitement graphique minimaliste et les remaniements effectués par Morris. Yann au scénario L’année précédente, c’est […]

Lire la suite

[dropcap]E[/dropcap]n 1991, Lucky Luke est partout. À la télé, pour une nouvelle série de dessins animés réalisée par le studio angoumoisin IDDH. Au cinéma, sous les traits de Terence Hill, dans un film live annoncé pour décembre. Et surtout, après 3 ans d’absence, en librairie : un nouvel album, tiré à plus d’un demi-million d’exemplaires, paraît […]

Lire la suite

Au milieu des années 80, la locomotive Lucky Luke roule à toute vapeur. Le dernier album paru, La fiancée de Lucky Luke, a très bien marché ; dans la foulée, son scénariste Guy Vidal prépare des histoires courtes pour la presse, en collaboration avec Claude Klotz et Jean-Louis Robert. Quant à Fauche & Léturgie, qui avaient […]

Lire la suite
Le Daily Star

« Vraiment, sur Le Daily Star, on a eu un état de grâce. Je l’ai relu il y a quelques mois ; j’étais content en fermant l’album. Claude de Saint-Vincent, le patron de Dargaud, me disait qu’il était largement du niveau de Goscinny. » C’est Xavier Fauche qui prononce ces mots alors que nous buvons […]

Lire la suite

On réduit trop souvent Lucky Luke à la période Morris-Goscinny, comme si la suite était négligeable. C’est une erreur : on trouve encore d’excellents titres après 1977, lorsque Vicq, Fauche et Léturgie ou Lo Hartog Van Banda se succèdent à l’écriture. S’il existe un âge d’or de la série, il faut sans doute l’arrêter à la fin […]

Lire la suite