Marsam.graphics, atelier international de bande dessinée
ISSN 2494-1565

l'édito du 02 décembre 2016 par Patrick Peccatte

La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2]

cropped-DejaVu.jpgceci est la co-publication d’un article du blog de Patrick Peccatte « Déjà Vu ».
Source de l’article : http://dejavu.hypotheses.org/2908

Au milieu des années 1960, des intellectuels et universitaires américains ont soutenu que les comics méritent le respect et qu’ils sont dignes d’être étudiés sérieusement1. À la même époque, en France, quelques passionnés ont organisé en dehors du monde académique les premières associations de recherche sur la bande dessinée et publié les premiers bulletins sur ce média et son histoire2. La bande dessinée a alors commencé son long processus de légitimation en tant que phénomène culturel. La quête de sa reconnaissance sociale a conduit ensuite plusieurs auteurs à publier des ouvrages grand public caractérisés par une définition très lâche de la bande dessinée qui permettait d’y amalgamer plusieurs œuvres d’art anciennes et prestigieuses. La Tapisserie de Bayeux tout particulièrement est ainsi devenue caution d’une certaine légitimité culturelle naissante de la bande dessinée. Lire la suite…

  1.  Bart Beaty, Comics Versus Art, University of Toronto Press, 2012, p. 57
  2.  Thierry Groensteen, Les aventures d’un historien au pays de la bédéphilie (à propos de Pierre Couperie), Neuvième Art 2.0, mars 2014